ordo

Ce qui m’a intéressé dans la série des Antoine Marcas, du nom du héros récurrent des écrivains Éric Giacometti et Jacques Ravenne, c’est de suivre l’évolution de leur écriture au fil des épisodes. Depuis leur premier roman paru en 2005, Le Rituel de l’ombre, jusqu’au dernier, Le Règne des Illuminati, on peut en effet retracer le trajet effectué par Marcas. Mais si la vie d'un maçon est une longue quête, il n'est pas certain que Marcas parvienne à toucher du doigt la pierre philosophale. Explications...

L’idée de départ était plutôt bonne, même si on flairait aussi une opportunité un peu commerciale : mettre les sociétés discrètes, ou secrètes, au centre du roman. Antoine Marcas est flic, mais il est aussi un peu plus que cela : il est franc-maçon.

Ravenne et Giacometti : le complot universel qui manque d’universalité

Bien évidemment, cette gentille confrérie a tout pour exciter l’imagination. Complots universels, maîtres du monde d’opérette, dictateurs en goguette, satanistes de tous poils, sages initiés protégeant d’immémoriaux secrets de génération en génération : la matière avait de quoi séduire. Elle résonne bien avec les interrogations du temps, et n’oublions pas que la thématique de l’ésotérisme — qui s’essouffle un peu désormais — a donné, à travers Dan BrownPaolo Coelho ou, peut-être le premier, le Umberto Eco du Nom de la rose ou du Pendule de Foucault, une littérature qui a porté le monde de l’édition ces vingt dernières années, changement de millénaire oblige.

Marcas, c’est donc ce commissaire à qui il n’arrive que des ennuis. Non des problèmes comme les vôtres et les miens, mais de très gros soucis : à chaque aventure, il est projeté dans une enquête qui le dépasse et qui a des ramifications dans l’histoire secrète du monde. Il se trouve en butte à de la folie furieuse, de la conspiration menée par des fous qui, sous couvert d’ésotérisme, entendent bien mettre le monde à leur disposition. Et manque de bol extraordinaire, à chaque nouvelle aventure, Marcas tombe amoureux d’une créature sublime et envoûtante. À peine consommée, l’idylle doit pourtant déjà s’achever : la belle est invariablement assassinée par les immondes sectaires contre lesquels Marcas se bat.

Mais heureusement, Marcas a pour lui sa science des symboles, qui l’aide à surmonter la tête froide, en bon frère maçon, toutes ces épreuves : l’univers s’écroulerait que les ruines le frapperaient sans l’étonner...

Giacometti et Ravenne, Le Règne des Illuminati, 2014

Ravenne et Giacometti : de l’histoire ou des histoires ?

Autre originalité de Giacometti et Ravenne, chaque roman plonge ses tentacules dans l’histoire — ou du moins dans un certain type d’histoire. Ainsi, invariablement, le récit se scinde en deux. Les chapitres impairs se passent de nos jours, dans les hautes tribulations de Marcas, et les chapitres pairs se situent dans une autre période. Le point commun entre ces deux récits réside dans un thème : l’histoire explique invariablement le présent. Simplement, le procédé littéraire est diablement trop systématique et devient très lassant.

Dans le dernier roman en date, Le Règne des Illuminati, la période historique visitée est sous la Terreur en France, dans les années 1794, où l’on croise un certain Ferragus qui va mettre à mal l’immonde complot de Saint-JustRobespierre et Guillotin qui luttent pour asseoir leur pouvoir dictatorial en décapitant non seulement les nobles, mais surtout les francs maçons, grâce à un complot inadmissible mené par la secte des Illuminati. On en arrive à une certaine paranoïa mise en scène ici de manière guillerette. Comme le lecteur comprend que les Illuminati ne rigolent pas et que les maçons sont de pauvres victimes, on en revient au temps présent, à San Francisco, où — attention, je dévoile l’intrigue — l’amoureuse de Marcas finit elle aussi par se faire trucider par les Illuminati.

On aura bien compris que si l’intention est bonne — dévoiler le monde secret des francs maçons est contre-initiatique, mais bougrement appétissant — le résultat fini est assez peu convaincant. Il apparaît que ces romans manquent cruellement d’épaisseur dans les personnages, qui ne semblent être au service que de la démonstration historique. Et encore, comme en français le mot histoire désigne autant ce qui est historique que ce qui est narratif, l’histoire mise en ligne ici certes s’appuie sur de la documentation, mais aussi sur de belles doses d’interprétation, voire de fiction. Ainsi, on ne peut pas dire que le paramètre de la vraisemblance, du véridique, soit un grand souci de nos auteurs. D’autant que la reconstitution historique est toujours assez ambiguë pour qu’on se demande s’il n’y a pas un fond de vérité dans ces aventures pourtant créées de toute pièce par l’imagination fertile de Giacometti et Ravenne. La narration est finalement aussi peu véridique de la densité historique. C’est vraiment dommage que l'on tombe trop souvent dans le cousu de fil blanc...

Un problème de vraisemblance et de consistance romanesque ?

Mais le manque de consistance des personnages est sans doute ce qui est le plus décevant. Marcas semble un héros schématique. Il ne ressent rien, ne pense presque pas, n’interagit guère avec son milieu que sous le joug d’une sorte de fatalité très facile à anticiper. Tout se passe comme si la narration l’excluait. On le voit certes bondir de page en page, mais comme s’il était le jouet de ses auteurs. Mais il semble ne posséder presque aucune psychologie. Bref, mais ceci n’engage que moi : impossible d’y croire. Et comme chaque court chapitre se termine sur un cliffhanger souvent lui aussi très cousu de fil blanc (« et il fondit dans le néant. »), on se retrouve dans du roman-feuilleton très peu crédible alors qu’il y avait là quantité de grain à moudre.

Ceci est vraiment dommage, car sur le thème de la maçonnerie, certains auteurs ont bien sorti leur épingle du jeu. Si vous voulez vraiment vous amuser avec un roman bien ficelé, qui va vous emmener véritablement dans de l’imaginaire maçonnique débridé, n’hésitez pas et jetez-vous sur Le Chevalier Cohen et le mystère de la parole perdue d’Édouard Guimel et Thomas d’Alet (Pascal Galodé éditeurs).

Edouard Guimel, Thomas d'Alet, Le Chevalier Coën et le mystère de la parole perdue

En espérant que nos amis Ravenne et Giacometti peaufinent davantage leur narration et creusent leur personnage principal, en n’oubliant pas que, comme le souligne Planude, « la beauté sans la grâce attire, mais ne sait pas retenir : c’est un appât sans hameçon. » 😉

Pour en savoir plus sur Ravenne et Giacometti

Bibliographie

  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, In nomine, Paris, Fleuve noir, coll. « Thriller » (no 14350),‎ 20103, 411 p. (ISBN 978-2-265-08851-1, notice BnF no FRBNF42172713)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Le Rituel de l'ombre, Paris, Fleuve noir, coll. « Noirs »,‎ 12 mai 2005, 384 p. (ISBN 978-2-265-08072-0, notice BnF no FRBNF39977355)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Conjuration Casanova, Paris, Fleuve noir,‎ 11 mai 2006, 445 p. (ISBN 978-2-265-08328-8, notice BnF no FRBNF40161622)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Le Frère de sang, Paris, Fleuve noir,‎ 14 juin 2007, 499 p. (ISBN 978-2-265-08540-4, notice BnF no FRBNF41057293)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, La Croix des assassins, Paris, Fleuve noir,‎ 5 juin 2008, 541 p. (ISBN 978-2-265-08602-9, notice BnF no FRBNF41281220)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Apocalypse, Paris, Fleuve noir,‎ 11 juin 2009, 399 p. (ISBN 978-2-265-08735-4, notice BnF no FRBNF42007308)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Lux Tenebrae, Paris, Fleuve noir,‎ 10 juin 2010, 411 p. (ISBN 978-2-265-08851-1, notice BnF no FRBNF42211807)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Le Septième Templier, Paris, Fleuve noir, coll. « Thriller »,‎ 9 juin 2011, 564 p. (ISBN 978-2-2650-8852-8, notice BnF no FRBNF42444419)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Le Temple noir, Paris, Fleuve noir, coll. « Thriller »,‎ 14 juin 2012, 658 p. (ISBN 978-2-265-09369-0)
  • Éric Giacometti et Jacques Ravenne, Le Règne des Illuminati, Paris, Fleuve noir, coll. « Thriller »,‎ 12 juin 2014, 552 p. (ISBN 978-2-265-09370-6)

 

5 décembre 2014

Giacometti et Ravenne : quand le polar maçonnique s’éparpille

Ce qui m’a intéressé dans la série des Antoine Marcas, du nom du héros récurrent des écrivains Éric Giacometti et Jacques Ravenne, c’est de suivre l’évolution […]
21 novembre 2014

Karine Giébel : immersion dans l’ombre du polar

Il est une thématique littéraire très difficile à manier, celle du huis clos. Tout le monde connaît celui de Sartre, mais il en existe une quantité […]
10 novembre 2014

Franck Thilliez : quand un auteur manipule la folie du réel

Ce n’est pas tous les jours que l’on est bousculé par une lecture. Ce n’est pas tous les jours que l’on tombe sur un processus narratif […]
1 juillet 2014

Un auteur de thrillers scientifiques portugais : José Rodrigues dos Santos

L’un des sujets les plus complexes à comprendre, pour l’esprit humain, est sans doute la physique quantique. Bien sûr, un mathématicien ou un physicien peuvent avoir […]
12 avril 2014

Hervé le Corre, lauréat de Quais du polar 2014

C'est à Lyon, c'est annuel et ça a un succès grandissant : la 10e édition du festival Quais du polar vient de s'achever cette année sur un franc […]
24 novembre 2013

Le Dernier Opus est paru

PublishRoom, éditeur numérique à compte d'éditeur, vient de faire paraître l'un de mes romans, Le Dernier Opus, en format numérique. Facile à trouver sur Amazon ou iBookStore, il […]
9 novembre 2013

J’ai lu pour vous… Meurtres pour rédemption

  Autant il existe des lectures d'été légères, idéales pour la plage... Autant il existe des lectures graves, dont l'univers romanesque lourd et complexe laisse des […]