La poésie est-elle tombée en désuétude ? Les éditeurs le prétendent et la vente de livres de poésie semble leur donner raison. Est-ce pour autant une raison de ne plus écrire de poésie ? Loin s’en faut : partout en France, il existe des cercles de poésie qui tentent de porter à bout de bras un héritage littéraire très fort en France. Chez PluMe, certains auteurs revendiquent leur amour et leur écriture de la poésie. Or, écrire de la poésie est complexe. Non pas parce que la poésie, pour être « réussie », doit rimer. Mais parce que ce genre est très ambigu. Il se donne en effet un grand nombre de contraintes. Aussi, pour savoir écrire en vers libres, il peut être très utile d’apprendre à écrire en versification classique pour, ensuite, s’échapper des règles. Voici donc un petit rappel des contraintes les plus habituelles en matière de versification classique…

Une approche syllabique en versification classique française

Le français est une langue syllabique, non accentuelle comme le grec ou l’anglais. Cela signifie qu’on mesure un vers français par son nombre de syllabes. Une syllabe, en français, est composée par une voyelle. On parle donc de syllabe vocalique.

La mesure du nombre de syllabes dans un vers est appelée la métrique. On compte le nombre de syllabes dans un vers pour en déterminer le type de mètre. Exemple :

Tu souris ! Un beau rêve est descendu des cieux –> 12 syllabes

La complexité du « e muet » en versification classique

Mais les choses ne sont pas aussi évidentes. En français courant, le « e muet » ne se prononce jamais. Ainsi, « je mange une pomme » se prononce, sans qu’on en ait conscience « jmanjunpom ». En linguistique, on appelle cette disparition l’amuïssement.

En poésie, le « e muet » se prononce dans certains cas. Il concerne les graphies « e », « es » ou « ent ».

Dans la versification classique, un « e muet » en fin de vers ne compte jamais pour une syllabe : on appelle cela une apocope. Exemple :

Pour goûter la saveur de tes lèvres vermeilles –> la terminaison en ‘es’ ne compte pas pour une syllabe, sinon ce vers de 12 syllabes en compterait 13 :
Pour / goû / ter / la / sa / veur / de / tes / lè / vres / ver / meilles

Dans le vers, le « e muet » compte comme une syllabe, sauf dans les cas suivants :

  • Le « e muet » est suivi par une voyelle ;
  • le « e muet » est suivi par un « h muet ».

Le « e » n’est pas muet quand :

  • Il est suivi par une consonne ;
  • quand le « e » est graphié « es » ou « ent ».

Cette règle est générale et fonctionne dans tous les cas.

Où tendent tous les fronts qui pensent et qui rêvent
Où / ten / dent / tous / les / fronts / qui / pen / sent /et / qui / rêvent -> 12 syllabes. Les deux premiers « e » sont graphiés « ent » et suivis d’une consonnent, ils se prononcent. Le dernier, comme il est en fin de vers, ne se prononce pas et ne compte donc pas pour une syllabe.

Le « e » à l’intérieur d’un mot est parfois élidé lorsqu’il est entre une voyelle et une consonne. On appelle cela une syncope.

Je ne t’envierai pas ce beau titre d’honneur
Je / ne / t’en / vie /rai / pas / ce / beau / ti / tre / d’hon / neur -> 12 syllabes, le « e muet » d’envierai ne compte pas pour une syllabe

Diérèses et synérèses, hiatus en versification classique

Le problème est que dans certains cas, on compte des syllabes dans certains mots qui ne sont pas comptées en langage courant, afin que le vers respecte la métrique générale du poème. Par exemple, en français courant, « passion » comporte deux syllabes, « pas / sion ». En poésie, il peut arriver que ce même mot soit décomposé en trois syllabes : « pas / si / on ». Ceci est une diérèse et sert aussi à un effet de sens.

La nation chérie a violé sa foi -> 12 syllabes
La / na / ti / on / ché / rie / a / vi / o / lé / sa / foi : une diérèse à « nation », et un hiatus à « violé » (voir plus bas)

Le phénomène inverse peut exister. Ainsi, le mot « hier », deux syllabes en langage courant, peut être considéré comme n’en comportant qu’une seule. Il s’agit alors d’une synérèse.

Hier, j’étais chez des gens de vertu singulière -> 12 syllabes

Hier / j’é / tais /chez / des / gens / de / ver/ tu / sin / gu / lière : synérèse sur « hier ». On remarque que la dernière syllabe finit par un « e muet », elle ne compte donc pas (« ère »)

L’hiatus désigne la rencontre entre deux voyelles, qui comptent dès lors chacune pour une syllabe. Ceci peut exister dans un seul mot (« bouée ») ou dans deux mots qui se suivent (« ravi à« ). En principe, sauf effet de sens, le poète cherche à éviter les hiatus.

Les types de vers en versification classique

Il existe un grand nombre de types de vers caractérisés par leur nombre de syllabes :

  • Tétrasyllabe : 4 syllabes ;
  • pentasyllabe : 5 syllabes ;
  • hexasyllabe : 6 syllabes ; dans un alexandrin à 12 syllabes, la moitié du vers de six syllabes est plutôt appelée hémistiche ;
  • heptasyllabe : 7 syllabes ;
  • octosyllabe : 8 syllabes ;
  • ennéasyllabe : 9 syllabes ;
  • décasyllabe : 10 syllabes ;
  • hendécasyllabe : 11 syllabes ;
  • alexandrin : 12 syllabes.

La rime en versification classique

Le type de rimes provient de la manière dont elles sont agencées et font alterner les sons des dernières syllabes du vers.

  • AAAA : rimes continues ;
  • AABB : rimes plates ;
  • ABAB : rimes croisées ;
  • ABBA : rimes embrassées ;
  • ABCABC : rimes alternées ;
  • AABCCBDDB : rimes tripartites ;
  • AAABCCCBDDDB : rimes quadripartites.

La fin d’un vers et le début d’un suivant sont pris en considération. Le vers peut se suivre dans son sens, comme s’il continuait dans le vers suivant : il s’agit d’un enjambement. En versification classique, on considère que les vers sont coupés en leur moitié (quand ils sont de nombre pair de syllabes), cette coure s’appelant une césure, ce qui permet d’assurer un beau parallélisme dans les enjambement, l’objectif final étant que le rythme du vers ne souffre pas de cet enjambement.

Féminin et masculin

En poésie classique, on ne se contente pas seulement de faire alterner les sons. On alterne aussi les rimes masculines et féminines.

Une rime féminine se termine par un « e muet » (graphié « e », « es » ou « ent ») qui, donc, ne se prononce pas. Dans tous les autres cas, la rime est dite masculine.

Une rime masculine rime avec une rime masculine, une féminine avec une féminine. Ainsi, « florale » et « floréal » ne riment pas.

Singulier et pluriel

En poésie classique, le singulier et le pluriel ne sont pas la même chose qu’en grammaire. On parle de rime au pluriel quand un vers se termine par « s », « x » ou « z ». Ainsi, un vers qui finit par « tu peux » est considéré comme pluriel. Dans tous les autres cas, il s’agit de rimes au singulier. Une rime au pluriel doit rimer avec une rime au pluriel, au singulier avec une rime au singulier.

Pour résumer la situation, on fait toujours rimer une rime au féminin pluriel avec une rime au féminin pluriel !

Qualité de la rime en versification classique

Selon le nombre de sons qui riment, une rime peut être plus ou moins riche. En poésie classique, on évite la rime pauvre.

  • Rime pauvre : seule la dernière voyelle tonique rime (aussi / lit) ;
  • rime suffisante : deux sons en commun : la dernière voyelle tonique et une même consonne, avant ou après la voyelle (cheval / banal ou pela / fêla) ;
  • rime riche : trois sons en commun : banal / chenal ;
  • rime très riche : plus de trois sons en commun.

Strophes

La strophe est un groupement régulier de vers intégrant un système complet de rimes et de mètres. Il en existe un grand nombre de figures. En versification classique, toutes les strophes d’un poème sont souvent symétriques tout au long du texte, mais pas toujours. Ceci dépend du type de poème choisi.

  • Le monostique : un seul vers ;
  • le distique (ou couplet ou deuzain) : deux vers ;
  • le tercet : trois vers ;
  • le quatrain : quatre vers ;
  • le quintil : cinq vers ;
  • le sizain : six vers ;
  • et ainsi de suite, jusqu’à 17 vers (le « dix-septain »).

Poèmes classiques

Le poème est constitué de strophes et impose un cadre stylistique préétabli, plus ou moins complexe suivant le nombre de strophe, l’alternance de rimes et le nombre de mètres à chaque vers. En voici les formes classiques les plus courantes.

  • Ballade : trois strophes et demi dont le dernier vers constitue le refrain ; il y a autant de strophes que de syllabes dans le vers (10 ou 12) ;
  • rondeau : 15 vers courts sur deux rimes ;
  • ode : deux strophes égales plus une plus courte ;
  • sonnet : deux quatrains, deux tercets avec alternance ABBA ABBA CCD EED ou ABBA ABBA CCD EDE…

Il existe bien d’autres formes poétiques. Ceci pourra faire l’objet d’un article ultérieur 🙂

En savoir plus sur la versification classique

16 mai 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Les règles de versification classique

La poésie est-elle tombée en désuétude ? Les éditeurs le prétendent et la vente de livres de poésie semble leur donner raison. Est-ce pour autant une […]
13 mai 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Anatole France, écrivain de l’utopie

Dans l’horizon littéraire, Anatole France ne manque pas, à l’inverse de son engagement dans le réel, de changer le monde. Certes, il n’hésite pas à mettre […]
23 avril 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Quel temps utiliser pour narrer ?

Franchement, personne ne se pose la question de savoir quel temps utiliser lorsqu’on veut raconter une histoire. Ceci peut sembler une chose particulièrement secondaire, voire triviale. […]
20 avril 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Sylvie Ducas, directrice d’un master Métiers du livre : interview (1/2)

Sylvie Ducas dirige un master Métiers du livre à université Paris-Ouest Nanterre. Elle forme des éditeurs, des libraires et des bibliothècaires et les initie aux problématiques […]
13 avril 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

1913 et Apollinaire : et le XXe siècle fut

On croit benoîtement que les siècles littéraires commencent nettement. Le 31 décembre 1899 à 23h59, c’était le XIXe. Et le 1er janvier 1900 à 00h00, le […]
11 avril 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Mais qui est la femme fatale ?…

Le thème de la femme fatale parcourt la littérature depuis Le Moine de Lewis, publié en 1796. Si cela ne date pas d’hier, il faut reconnaître que ce […]
10 avril 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Anatole France à la recherche de la vérité

On ne connaît plus vraiment, aujourd’hui, Anatole France, sinon à travers le nom de différentes rues ou avenues, écoles ou bouches de métro. Mais sait-on qu’Anatole […]
31 mars 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Mythologies, symboles, imaginaire : pour en savoir plus

A la demande de certains participants aux ateliers PluMe, voici une petite sélection d’ouvrages importants sur la mythologie, les symboles et les grands archétypes de l’imaginaire. […]
22 mars 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

2014 : bicentenaire de la mort de Sade

Que n’a-t-on pas dit sur le divin marquis Donatien de Sade ! Bien sûr, il est sulfureux et tout le monde se souvient avec un petit […]
13 mars 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

La recherche en Lettres ? Un exemple avec L’Exorciste

Il y a quelques jours, lors d’un atelier, des participants se sont montrés très intéressés – voire intrigués – par les activités que l’on peut avoir […]
12 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Sur Umberto Eco…

Umberto Eco est mort… Je vais trahir la ligne éditoriale de PluMe exceptionnellement. Pour cette fois, je ne vais pas tenter de synthétiser la pensée voire […]
11 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Umberto Eco est mort…

Je viens d’apprendre le décès d’Umberto Eco cette nuit, à l’âge de 84 ans. Cette disparition m’attriste énormément. Rares ont été les séances d’atelier PluMe où […]
10 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Hommage à Michel Tournier

Décidément, 2016 commence mal. Après la disparition, dans des genres très différents, de David Bowie, de Michel Galabru, de Michel Delpech (pour des personnalités populaires), de […]
9 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Hommage à René Girard

L’anthropologue et philosophe français René Girard vient de nous quitter à l’âge de 91 ans. Cet homme brillant, membre de l’Académie française et ancien élève de […]
3 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

La musique peut-elle raconter une histoire ?

Si on s’en tient aux définitions usuelles de la narration — en gros, il s’agit d’un récit détaillé, même si cette définition est très très sommaire […]
26 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

San Ku Kaï : quand l’épopée dépasse la fiction

San Ku Kaï : les quadras se souviennent de cette série à coup sûr. 1979, Récré A2 : pour la première fois en France, on importe une série japonaise […]
23 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Le Bescherelle, instrument politique majeur ?

Si on vous demandait quel est le livre le plus vendu de tous là, aujourd’hui, en France, que répondriez-vous spontanément ? La Bible ? Un roman d’Amélie Nothomb ? […]
21 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Y a-t-il des langues plus optimistes que d’autres ?

Des universitaires américains spécialisés en linguistique et en sociolinguistique ont étudié un certain nombre de langues, dont l’arabe, le russe, l’anglais, le français, le portugais, le […]
20 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Ariano Suassuna, l’écrivain défenseur de la culture brésilienne

Pour des raisons footballistiques, on a beaucoup parlé de Brésil pendant cet été. Mais on a peu évoqué la mort, à 87 ans, de l’écrivain brésilien […]
18 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Le jardin : un thème littéraire vieux comme le monde

 Le jardin représente plus que la maîtrise de la nature par l’homme. De la Perse antique à l’Angleterre du XVIIe siècle, sa fonction évolue. Analyser l’histoire […]