Trouver des idées de nouvelles

Un scénariste professionnel est capable de puiser dans le code civil ou dans les Pages Jaunes de l’annuaire pour écrire une série de 6 épisodes !… C’est un métier il est vrai. Pour autant, comment trouver facilement des idées de nouvelles ? Voici quelques pistes faciles à mettre en œuvre.

Tout le monde se rappelle d’Usual Suspect, le film de Brian Singer de 1995 aux deux oscars. La narration, non linéaire, suit l’interrogatoire mené par l’agent Kujan d’un petit truand portant bien son nom, Verbal Kint. De fait (attention, spoiler…), on sait que toute l’histoire est inventée au fur et à mesure par Verbal qui s’inspire de son environnement immédiat, notamment le tableau d’affichage qu’il a en face de lui.

Ceci nous montre qu’une bonne histoire n’est pas si difficile que cela à trouver. Il faut simplement avoir un peu d’imagination, mais aussi comprendre les objectifs d’une intrigue.

L’intrigue : une machine à trouver des idées de nouvelles

L’intrigue participe de la tension narrative. Le lecteur est tenu en haleine par des mystères, des zones d’ombre, des incohérences, un questionnement qui se dévoilent au fur et à mesure qu’il avance dans sa lecture. C’est ceci qui constitue la tension narrative : ce dévoilement partiel qui a lieu progressivement. Qui est ce personnage ? Pourquoi agit-il ainsi ? Pourquoi recherche-t-il ceci de cette manière ?

Certains écrivains sont devenus maîtres dans cet art du dévoilement progressif. Les œuvres de Stephen King, par exemple, fonctionnent souvent sur une seule bonne idée, qui est exploitée tout au long du roman, mais qui est dévoilée très tard dans la narration. Dans Shining, l’enfant-lumière, le titre ne dévoile rien et amène même à une fausse piste. C’est l’Overlook, l’hôtel isolé, qui est le personnage principal et qui incite tous les personnages à agir comme ils le font : l’Overlook ne fait que concentrer en un seul lieu passé, présent et avenir, ce qui permet aux protagonistes de perdre leurs repères et de devenir fous. Dans Carrie, il ne se passe rien d’autre que la vengeance d’une jeune fille écorchée vive qui, face à une vie d’adolescente assez dure mais néanmoins encore inscrite dans les limites de la normalité, réagit en utilisant un talent de télékinésie. Stephen King use toujours d’un réalisme profond ancré dans une culture américaine consensuelle, dans lequel il introduit une bonne idée force, comme l’enfance sacrifiée ou l’incompréhension due à la violence.

L’intrigue d’une nouvelle ou d’un roman est ce qui tient le lecteur en haleine. Souvent, c’est un décalage entre un fait, une vision du monde ou une manière d’agir d’un personnage, et le quotidien, qui rendent un roman ou une nouvelle intéressants.

Le décalage : constituant naturel pour trouver des idées de nouvelles

Ainsi, pour trouver des idées de nouvelles, il n’est pas toujours besoin de chercher à immerger le lecteur dans un monde ultra-complexe, hyper-original, giga-inédit qui a demandé dix ans de cogitations intenses à l’auteur.

La bonne idée qui fonctionne est celle qui permet de profiter d’un décalage et de le mener au bout. Nul besoin d’aller chercher midi à quatorze heures, ni de transférer des inuits sous l’Équateur. Les maîtres de la nouvelle, de Borges à Buzzati,de Poe à Maupassant, se contentent de manier le paradoxe dans des univers souvent extrêmement immergés dans le quotidien. Que se passerait-il si j’enfilais un pull-over le matin avant d’aller au travail, sans arriver à en trouver les manches ni la sortie ? Que se passerait-il si je prenais l’ascenseur mais que celui ne s’arrête jamais de monter ? Que se passerait-il si, au détour d’un chemin, je rencontrais mon double ? Que se passerait-il si je réussissais le meurtre parfait mais que, pris dans la pure solitude de ma réussite, mon orgueil me poussait à en parler à un commissaire ? Que se passerait-il si…

Le lecteur va suivre l’intrigue car l’auteur va l’amener à se questionner sur son quotidien et lui-même simplement grâce à l’insertion d’un détail inédit, surnaturel, fantastique ou illogique dans son quotidien.

Du quotidien au quotidien

Dès lors, trouver des idées de nouvelles n’est pas si sorcier. Lire les journaux suffit souvent à mettre en relief des faits absurdes, illogiques, injustes ou inadmissibles. C’est lorsque l’on ressent un sentiment fort de répulsion, d’iniquité, d’abus, de refus, de scandale, bref : un sentiment fort, que l’on peut se dire qu’une idée n’est pas loin.

Par exemple, lors d’un atelier d’écriture il y a peu, une participante était particulièrement choquée par l’idée qu’en Europe, là en ce moment, des cadavres d’immigrés puissent venir s’échouer quotidiennement sur une plage paradisiaque à Lampedusa, en Italie. Il est certes possible d’en tirer une nouvelle ou un article de blog afin de dénoncer ce scandale. Mais il est fort à parier que le lecteur n’y trouvera pas son compte, car ce fait historique et social n’est pas, en l’état, suffisant pour constituer une intrigue comme telle.

Par contre, puisque la tension narrative est souvent issue d’un décalage entre ce qui est narré et la quotidienneté, que se passerait-il si la scène était décrite du point de vue d’un chat ? Celui-ci, en tant que regard extérieur ne jugeant pas, ne faisant pas de sentiment et donc non plus de mièvrerie ni de sensationnalisme, permet au contraire de dénoncer froidement l’absurdité de la situation. Le lecteur peut d’ailleurs ne comprendre qu’il s’agit d’un regard de chat qu’à la fin de la nouvelle, ce qui constitue la tension narrative. On réutilise ici ni plus ni moins le bon vieux procédé littéraire cher aux philosophes des Lumières comme Montesquieu dans ses Lettres persanes ou Voltaire dans Candide, d’un regard extérieur et impartial permettant de mettre en relief les absurdités du monde sans les juger par la simple description objective du quotidien. Décrire de manière légère des choses trop lourdes offre un excellent décalage narratif.

On se rend bien compte que le quotidien est le meilleur trésor à idées qu’on puisse trouver. Et bien souvent, c’est l’écart entre un point de vue original et ce quotidien qui permet de trouver de bonnes idées de nouvelles.

Une lecture récréative sur le sujet

(c) Photo Boris Foucaud

23 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Trouver des idées de nouvelles

Un scénariste professionnel est capable de puiser dans le code civil ou dans les Pages Jaunes de l’annuaire pour écrire une série de 6 épisodes !… […]
17 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

L’autobiographie : à la portée de tous ?

L’autobiographie date de l’antiquité. Déjà, Marc Aurèle usait du genre avec ses Pensées, tout comme Jules César avec sa Guerre des Gaule. Les auteurs chrétiens, tels Saint Augustin, […]
10 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Hommage à Michel Tournier

Décidément, 2016 commence mal. Après la disparition, dans des genres très différents, de David Bowie, de Michel Galabru, de Michel Delpech (pour des personnalités populaires), de […]
3 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

La musique peut-elle raconter une histoire ?

Si on s’en tient aux définitions usuelles de la narration — en gros, il s’agit d’un récit détaillé, même si cette définition est très très sommaire […]
2 février 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Giacometti et Ravenne : quand le polar maçonnique s’éparpille

Ce qui m’a intéressé dans la série des Antoine Marcas, du nom du héros récurrent des écrivains Éric Giacometti et Jacques Ravenne, c’est de suivre l’évolution […]
26 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

San Ku Kaï : quand l’épopée dépasse la fiction

San Ku Kaï : les quadras se souviennent de cette série à coup sûr. 1979, Récré A2 : pour la première fois en France, on importe une série japonaise […]
20 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Ariano Suassuna, l’écrivain défenseur de la culture brésilienne

Pour des raisons footballistiques, on a beaucoup parlé de Brésil pendant cet été. Mais on a peu évoqué la mort, à 87 ans, de l’écrivain brésilien […]
18 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Le jardin : un thème littéraire vieux comme le monde

 Le jardin représente plus que la maîtrise de la nature par l’homme. De la Perse antique à l’Angleterre du XVIIe siècle, sa fonction évolue. Analyser l’histoire […]
17 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Dreyfus : quand l’innocence transforme la France

En 1894, un officier polytechnicien de l’armée française, alsacien et juif, est accusé d’avoir livré aux Allemands des documents secrets. Il est condamné au bagne en […]
16 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Morale et littérature : l’incroyable querelle du Disciple

La littérature doit-elle respecter la morale ? Mieux, a-t-elle une mission d’exemplarité sociale ? Cette question d’apparence anodine est fondamentale. En corollaire, elle répond au fait […]
15 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

La censure littéraire existe-t-elle encore en France en 2014 ?

Peut-on tout écrire, en 2014 en France, sans le moindre risque, dans une totale liberté ? La réponse venant immédiatement à l’esprit, c’est « oui« . Au XIXe […]
12 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Littérature et football : coup au but ?

Peut-on en même temps être féru de football et de littérature ? Il paraît que dans les milieux un peu snobs, les deux sont particulièrement incompatibles. […]
12 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Boris Vian, poète maudit ?

Boris Vian est un auteur qui a fini par être reconnu. L’Écume des jours a même donné lieu à une adaptation à l’écran l’année dernière de […]
10 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

70 ans après, que lire sur le Jour J et le Débarquement en Normandie ?

C’est aujourd’hui la commémoration du D-Day, jour J du Débarquement de Normandie du 6 juin 1944. Il existe évidemment une abondante littérature sur ce sujet tellement […]
9 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

De la tour Eiffel à Apollinaire : quand la modernité touche le ciel

En littérature, l’histoire des idées est très importante. Car enfin, les auteurs s’inscrivent dans un temps qu’ils révèlent et dont ils font simultanément partie. Ainsi, parfois, certaines […]
8 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Venise : analyse littéraire d’une utopie de chair et d’eaux

On pense souvent que l’analyse littéraire ne peut s’appliquer qu’aux textes, ce qui est bien logique. Pour autant, il est aussi possible de la pratiquer sur […]
7 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Ma bibliothèque idéale : mes poètes préférés en image

Voici en image une petite sélection de mes poètes préférés. Bien évidemment, tout étant subjectif en la matière, c’est une question non seulement de goût, mais […]
6 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Images du décadentisme

Le décadentisme, c’est un courant artistique de la fin du XIXe siècle qui se place tout juste après le symbolisme, et avant les premiers surréalistes. Il […]
3 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

La sélection pour le prix Renaudot 2014

Le prix Théophraste Renaudot a été créé dès 1926 par dix jurys écrivains et journalistes. Son histoire est d’ailleurs intéressante. Avant de voir quels sont les romans sélectionnés […]
2 janvier 2024
PluMe MasterMind atelier d'écriture

Paranormal Activity (film) : une narration démoniaque

On le sait, PluMe aime bien les films de genre. L’un d’eux est emblématique de ce qui peut tenir le spectateur en haleine jusqu’au bout avec […]