Autobiographie, autofiction et mentir-vrai
9 avril 2014
Plus belle la vie : les ressorts narratifs
14 avril 2014

Hervé le Corre, lauréat de Quais du polar 2014

Hervé le Corre

C’est à Lyon, c’est annuel et ça a un succès grandissant : la 10édition du festival Quais du polar vient de s’achever cette année sur un franc succès. 65 000 visiteurs sont venus rencontrer 80 auteurs ces 4, 5 et 6 avril derniers. À cette occasion, James Ellroy a remis à Hervé le Corre le prix Le Point du polar européen pour Après la guerre. C’est donc le moment ou jamais pour faire connaissance avec un maître du roman noir français.

Hervé le Corre est une grande figure du polar français. Né en 1955, il fut professeur de Lettres dans la région bordelaise. Passionné par le roman policier, il commence à écrire relativement tard, lorsqu’il a trente ans. Ses atmosphères très sombres, ses personnages fort caractérisés, lui assurent un succès immédiat. Hervé le Corre est très vite reconnu comme l’un des grands auteurs français du roman noir.

…. On pleure souvent sur soi, parce qu’on est terrifié de mourir ou parce qu’on est obligé de survivre, et qu’on se regarde pleurer et qu’on aime, parfois, cette dimension tragique qu’on croit atteindre dans ces cas là comme si on avait enfin sa place dans l’infini et interminable tourbillon des malheurs du monde.

Hervé le Corre : un écrivain de la rage des sentiments

Le roman noir, c’est ce type de roman policier qui met en scène de manière pratiquement invariable un univers violent, un regard pessimiste voire nihiliste sur le monde, et un certain engagement de l’auteur en filigrane.

Hervé le Corre, Les Coeurs déchiquetés

Hervé le Corre est réputé, comme auteur, pour sa rage, pour sa tristesse, pour son désarroi. Il est aussi reconnu pour sa belle plume. Son roman phare est peut-être Les Cœurs déchiquetés, une ode à l’incertitude et aux sentiments passés à la moulinette urbaine.

Un crime parfait ? Ils s’en croient tous capables. Ils s’imaginent qu’en ne laissant aucune trace derrière soi on disparaît pour de bon, un peu comme un gosse qui se persuade qu’on ne le voit plus parce qu’il a caché sa figure dans ses mains

Hervé le Corre : la complexité de l’âme humaine

Après la guerre, le roman primé au festival Quais du polar 2014 de Lyon, met en scène trois personnages qui évoluent dans le Bordeaux des années 50. Entre ce commissaire odieux et pétainiste, cet enfant orphelin de parents déportés qui va faire la guerre en Algérie et un troisième personnage fort énigmatique qui se cache, c’est une histoire de vengeance.

Hervé le Corre, Après la guerre

Les portraits d’extraordinaires salauds sont ici transcendés par l’écriture d’Hervé le Corre et la figure de Darlac est à mettre au panthéon des pires personnages du roman noir français.

Parcours chaotiques, compromission au pouvoir, justice boiteuse et révolte sont les traits forts de cet univers qui dépeint un quotidien sans concession non pas haut en couleur, mais disons plutôt noir en couleur

En savoir plus sur Hervé le Corre

Romans

  • La Douleur des morts, Série noire no 2231, 1990
  • Du sable dans la bouche, Série noire no 2327, 1993
  • Les Effarés, Série noire no 2439, 1996
  • Copyright, Gallimard, Série noire no 2612, 2001 (ISBN 9782070499809)
  • L’Homme aux lèvres de saphir, Rivages/Noir no 531, 2004 (Grand Prix du roman noir français de Paris) (ISBN 2-7436-1309-2)
  • Tango parano, Éditions de L’Atelier, 2006
  • Trois de chute, Pleine Page – Ours Polar, coll. « Récidives », 2007 (ISBN 9782913406599)
  • Les Cœurs déchiquetés, Rivages/Thriller, 2009 (ISBN 2-7436-1969-4) ; réédition Rivages/Noir no 878, 2012
  • Derniers retranchements, Rivages/Noir no 825, 2011 (ISBN 978-2-7436-2241-1)
  • Après la guerre, Rivages/Thriller, 2014 (ISBN 978-2-7436-2726-3)

Nouvelles

  • Monsieur Pascual, dans Sud-Ouest-Dimanche, juillet 1993 ; réédition dans Revue Association 813 no 54, 1996
  • La nuit porte conseil, dans Sud-Ouest-Dimanche, juillet 1996 ; réédition dans le recueil collectif Neuf morts et demi, Zulma, 1997
  • La Troisième Personne, dans le recueil collectif Nouvelles en forme de béret basque, Antimoine, Hors-collection, 1996
  • Bravo Greg !, dans Faims de siècle, recueil collectif, Éditions du Passant, 1997
  • De l’autre côté du trottoir, dans Temps modernes no 595 (spécial roman noir), 1997
  • Un éclair puis la nuit, dans Sud-Ouest-Dimanche, août 1999
  • Dans la peau, dans Le Passant ordinaire, août-septembre 2000
  • C’est le premier pas qui coûte, dans Les 7 Familles du polar, Éditions Baleine, 2000
  • Ad patrem, dans Bordeaux, le Tanin noir, Éditions Autrement, coll. Le Roman d’une ville, 2003
  • Papy boum, dans CCAS infos, juillet-août 2003
  • Tenir, dans L’Humanité, juillet 2004 ; réédition dans le recueil collectif 36 nouvelles noirs pour L’Humanité, Hors Commerce, 2004

Prix et distinctions

  • Prix Mystère de la Critique 2005 pour L’Homme aux lèvres de saphir
  • Grand prix du roman noir de la ville de Paris 2005 pour L’Homme aux lèvres de saphir
  • Grand prix de littérature policière 2009 pour Les Cœurs déchiquetés
  • Prix Mystère de la Critique 2010 pour Les Cœurs déchiquetés
  • Prix « Le Point » du Polar européen 2014 pour Après la guerre

Festival Quais du polar, Lyon, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *