Ma bibliothèque idéale de poésie
25 novembre 2013
Meilleur recueil de nouvelles 2013 : Frank Bill
27 novembre 2013

La success story éditoriale d’Agnès Martin-Lugand

La success story éditoriale d'Agnès Martin-Lugand

Cette belle histoire est assez rare pour être mentionnée. En 2012, la jeune auteure inconnue Agnès Martin-Lugand auto-édite au format numérique son roman Les Gens heureux lisent et boivent du café. Et là, c'est le succès. Explication.

C'est en 2010 qu'Agnès Martin-Lugand voit un reportage à la télévision sur la côte anglaise, qui lui inspire l'histoire d'une femme qui se reconstruit en Irlande. Elle écrit son roman de façon acharnée pendant un an et demi avec l'aide d'un coach littéraire, Laurent Bettoni.

Une tentative d'auto-édition...

Une fois le manuscrit achevé, l'auteure l'envoie à quatre maisons d'édition traditionnelles. Cependant, celles-ci reçoit des messages certes encourageants, mais ne signe aucun contrat. Elle décide donc de se lancer toute seule.

Elle met en vente à 89 centimes son roman sur Amazon en format numérique. Et surtout, elle alerte les réseaux sociaux de sa démarche. Son ouvrage est immédiatement relayé, et des inconnus commencent à laisser des messages très positifs à propos de cette œuvre. Et c'est ici qu'on se rend compte de l'importance capitale des prescripteurs dans le cadre de la vente des livres, y compris numériques.

Bien vite, Les Gens heureux lisent et boivent du café devient en tête des ventes d'Amazon, devant le fameux 50 nuances de grey d'E.L. James, un autre phénomène de l'auto-édition.

... débouchant sur l'édition papier

Agnès Martin-Lugand est alors contactée, sur FaceBook, par le grand éditeur Michel Lafon. Notre auteure accepte la proposition, à la condition expresse que rien ne soit changé à son manuscrit pour la version papier, pas même la couverture. 10 000 exemplaires sont vendus en un mois ! Ce livre est au top des palmarès des ventes pendant plusieurs semaines pendant les grandes vacances 2013. Il va d'ailleurs donner lieu à une adaptation cinématographique dont le scénario est également écrit par Agnès Martin-Lugand.

Une très belle histoire, qui montre qu'en matière d'édition, il ne faut jamais s'avouer vaincu.

En savoir plus

Agnès Martin-Lugand, Les Gens heureux lisent et boivent du café sur Amazon

 

Présentation de l'éditeur

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. » 

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel. 

Entre « Le Journal de Bridget Jones » et « Love Story », l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec.

Biographie de l'auteur

Après 6 ans d'exercice en qualité de psychologue clinicienne dans la protection de l'enfance, Agnès Martin-Lugand se consacre aujourd'hui à la littérature. Elle analyse et dissèque avec finesse, humour et tendresse les mécanismes de l'âme humaine pour nous livrer des récits qui nous parlent et qui nous vont droit au cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *