Umberto Eco est mort…
20 février 2016
Salon du livre 2016 : tendances
21 mars 2016

Sur Umberto Eco…

Umberto eco - le vrai pendule de Foucault

Umberto Eco est mort... Je vais trahir la ligne éditoriale de PluMe exceptionnellement. Pour cette fois, je ne vais pas tenter de synthétiser la pensée voire la vie d’Umberto Eco. Je vais laisser parler mon émotion. Ce sera à vous d’appréhender cette œuvre par le fil que vous y trouverez, le vôtre. Et il y en aura nécessairement un. Je recopie donc presque in extenso une réponse à ma camarade Marie Moller, auteure, dans un réseau social, qui résume ce que je ressens à propos de la mort d’Umberto Eco. Après, si besoin, on pourra toujours détailler ici les inconcevables contenus de  L’œuvre ouverte, de Lector in fabula, du Signe, histoire d’un concept ou de la sémiotique et philosophie du langage... Le grand public pleure aussi la disparition de l’auteur du Nom de la Rose, du Pendule de Foucault ou de La Guerre du Faux. Mais en définitive, trop peu de gens connaissent la richesse d’Interprétation et surinterprétation, et encore moins celle des Limites de l’interprétation. Et pourtant, cette pensée est fondatrice en recherche littéraire. C’est seulement la mort qui a décidé d’arrêter l’élan de cette pensée toujours en mouvement. Et il va falloir faire avec...

Humanisme et malice, génie de l’humble curiosité : Umberto Eco, mon mentor

Eco, c’était un vrai génie comme on n’en fait plus. Un humaniste, un érudit se rendant accessible à tous ses publics par le roman, l’essai, la fable ou la recherche la plus pointue, avec la malice de Voltaire, ni plus ni moins. Un jalon fondamental dans l’une des approches les plus fondamentales de l’esprit humain, la sémiotique (la science des signes) qui comprend le langage, mais aussi toute production humaine qui fait sens.

Mais Eco, simplement pour moi, c’était vraiment comme un maître non à penser, mais à apprendre et à méditer. Un exemple vivant que la curiosité est le seul vilain défaut à posséder de toutes ses forces. Un véritable humaniste rappelant le Vinci du Quattrocento. Peut-être même le dernier de cette trempe au XXIe siècle... Un mentor...

Je le citais presque à chaque atelier d’écriture. En filigrane, dans mon appréhension du lecteur, du texte, de l’auteur. Ou explicitement, m’appuyant en exemple sur sa vision du monde sur le post-modernisme, sur le roman dans les années 90... sur la réhabilitation totale des genres mineurs comme le thriller, Le Nom de la RoseLe Pendule de Foucault possédant chacun au moins trois niveaux de lecture qui questionnent l’intrigue, le personnage, le roman, la narration, mais aussi le texte et sa position par rapport au lecteur ou à l’auteur... et la position de l’imaginaire dans le monde. Ensuite, à chacun d’en saisir l’interprétation qui lui convient, l’œuvre n’est-elle pas ouverte ? Eco la concevait ainsi.

Une pensée qui a donné le sens à une vie entière peut-elle survivre à la mort ?

Je ressens aujourd’hui le même vide qu’à la disparition de Miles Davis pour le jazz. Et je rêverais qu’un jour prochain, un type sorti de nulle part puisse prolonger sa pensée avec le même talent, la même humilité, le même humour et la même profondeur de vue... parce que ses bases sont universelles et doivent être poursuivies, la mort ne devrait pas avoir le droit d’interrompre une telle pensée qui était toujours en mouvement malgré les 84 ans du bonhomme... Eco, à mon sens, c’est le pendant d’Einstein en littérature. C’est lui qui met en évidence que le lecteur est cocréateur avec l’auteur du texte, même si d’autres l’ont pressenti bien avant, mais c’est lui qui théorise le plus profondément la partie la plus complexe du morceau, celui de la connotation, celui de la maîtrise du sens par l’auteur, celui du sens même de l’écriture...

Je l’ai croisé un jour, Umberto Eco, par pur hasard, à la bibliothèque Sainte-Geneviève, pendant ma thèse, alors que j’avais une autorisation de consultation en salle de lecture pour deux misérables jours. Internet n’existait pas vraiment encore, il fallait aller consulter sur place et copier les passages stratégiques à la main. Moi un petit Angevin en Lettres, je me suis assis en face de lui, encore une fois par pur hasard. Et au détour d’une page d’Anatole France, je l’ai reconnu... Comme une explosion immédiate dans mon esprit, c’était Umberto Eco en face de moi, là, dans le réel feutré, presque ouaté de la bibliothèque presque vide, un jour de printemps interrompu par le soir tombant. En face de moi, juste un sourire humain que je n’oublierai jamais. Un gigantesque encouragement... en un simple regard de vraie sympathie.

Et c’est dans ses ouvrages théoriques que je me suis le plus formé aux côtés de Genette, Barthes, Durand et Girard. C’est vraiment grâce à eux que j’ai su que ma vie, mon idéal, serait de tenter de percer le mystère des rouages de la littérature ou au moins d’apporter mon caillou, mon grain de poussière à l’immense édifice. Et de transmettre mes trouvailles, aussi. C’est la raison d’être de PluMe et de mon travail de recherche en littérature — dans une autre vie, institutionnellement paraît-il — quoi que...

On dirait qu’il faut bien plus qu’une existence entière pour y parvenir... La mort d’Eco vient de me le prouver une fois de plus. Et les obligations alimentaires quotidiennes ont une fâcheuse tendance à éloigner, jour après jour, tout un chacun de sa propre quête de sens. Eco avait cet avantage de résumer le temps perdu en quelques lignes, en quelques heures offertes au lecteur.

Après lui, qui pourra perpétrer cette pensée aussi forte et synthétique, aussi empathique également, pour ceux qui cherchent ces outils évidents, mais fondamentaux pour comprendre alors qu’ils passent leur vie à courir derrière le temps ? Eco, c’était une mine de jalons, un socle ultra fiable de questionnements et d’orientations. Des propositions sans dogmes. Des évidences remises en cause et des complexités ébouriffantes rendues évidentes.

Mais aujourd’hui ça y est, ils sont tous disparus, mes mentors, ceux qui m’ont appris à appréhender le monstre et à me frayer un chemin dans cette si complexe et si dense et si profonde et si essentielle réflexion. Tous mes « maîtres » sont partis, enterrés.

Putain de mort...

Mais comme me l’a dit Marie Moller pour me consoler et à très juste titre, « Ce qu’ils t’ont appris, même leur mort ne pourra jamais te l’enlever… »

J'espère que PluMe pourra très modestement contribuer à transmettre ces grandes lignes pour, simplement, offrir le plaisir absolu de ce questionnement et de ces ébauches de réponses qui transforment pour toujours notre seul et unique trésor, notre vision du monde...

Umberto Eco : à lire absolument dans l’ordre ou dans le désordre...

Romans

Tous les romans sont traduits en français par Jean-Noël Schifano

  • 1980 : Le Nom de la rose (Il nome della rosa), Paris, Grasset, 1982. Le roman a été augmenté d'une Apostille traduite par M. Bouzaher. Prix Strega 1981 - Prix Médicis étranger 1982 - Adapté au cinéma en 1986 sous le même titre par Jean-Jacques Annaud, avec Sean Connery et Christian Slater.
  • 1988 : Le Pendule de Foucault (Il pendolo di Foucault), Paris, Grasset, 1990.
  • 1994 : L'Île du jour d'avant (L'isola del giorno prima), Paris, Grasset, 1996.
  • 2000 : Baudolino (Baudolino), Paris, Grasset, 2002. Prix Méditerranée Étranger 2002
  • 2004 : La Mystérieuse Flamme de la reine Loana (La misteriosa fiamma della regina Loana), Paris, Grasset, 2005.
  • 2010 : Le Cimetière de Prague (Il cimitero di Praga), Paris, Grasset, 2011, 560 pages.
  • 2015 : Numéro zéro (Numero zero), Paris, Grasset, 2015, 224 pages, (ISBN 978-2246857709).

Essais

  • Le Problème esthétique chez Thomas d'Aquin (1993) (traduction de Il problema estetico in Tommaso d'Aquino, 1970, édition revue et développée de Il problema estetico in San Tommaso, 1956, sa thèse de doctorat)
  • Art et beauté dans l'esthétique médiévale (1997) (traduction de Arte e bellezza nell'estetica medievale, 1987, seconde édition de « Sviluppo dell'estetica medievale » in Momenti e problemi di storia dell'estetica, 1959)
  • L'Œuvre ouverte (1965, seconde révision 1971) (version originale révisée de Opera aperta, 1962 et incluant Le poetiche di Joyce, 1965) (extrait)
  • Il Nuovo Medioevo (1972) con Francesco Alberoni, Furio Colombo e Giuseppe Sacco (en espagnol : La Nueva Edad Media)
  • Pastiches et postiches (1996) (version augmentée de Diario minimo, 1963)
  • La Structure absente, introduction à la recherche sémiotique (1972) (édition révisée de La Struttura assente, 1968)
  • Le Signe, histoire et analyse d'un concept, adapté de l'italien par Jean-Marie Klinkenberg (1988) (Segno, 1971).
  • A semiotic Landscape. Panorama sémiotique. Proceedings of the Ist Congress of the International Association for Semiotic Studies, La Haye, Paris, New York, Mouton) 1979 (avec Seymour Chatman et Jean-Marie Klinkenberg).
  • La Guerre du faux (1985 ; 2008 pour la nouvelle édition chez Grasset) (tiré de Il costume di casa, 1973; Dalla periferia dell'impero, 1977 ; Sette anni di desiderio, 1983)
  • Beatus de Liébana (1982) (Beato di Liébana, 1973)
  • La Production des signes (1992) (version partielle de A Theory of Semiotics, version anglaise de Trattato di semiotica generale, 1975)
  • De Superman au Surhomme (1993) (Il superuomo di massa, 1976)
  • Lector in fabula ou la Coopération interprétative dans les textes narratifs (1985) (Lector in fabula, 1979)
  • Apostille au Nom de la Rose (Postille al nome della rosa, 1983)
  • Sémiotique et philosophie du langage, Paris, PUF, 1988 (Semiotica e filosofia del linguaggio, Milan, Einaudi, 1984).
  • De bibliotheca (1986) (conférence du 10 mars 1981, Milan)
  • Notes sur la sémiotique de la réception (1987) (Actes Sémiotiques IX, 81. Documents de recherche. Centre national de la recherche scientifique - groupe de Recherches sémio-linguistiques (URL7 de l'Institut national de la langue française) École des hautes études en sciences sociales)
  • L'Énigme de la Hanau 1609 (1990) (Lo strano caso della Hanau 1609, 1989) (« Enquête bio-bibliographique sur l'Amphithéâtre de l'Éternel Sapience... de heinrich Khunrath. »)
  • Les Limites de l'interprétation (1992) (I limiti dell'interpretazione, 1990)
  • Comment voyager avec un saumon, nouveaux pastiches et postiches (1998) (traduction partielle de Il secondo diario minimo, 1992)
  • Interprétation et surinterprétation (1995) (Interpretation and overinterpretation, 1992)
  • La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne (1993) (La ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, 1993) [détail des éditions]
  • Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs (1996) (Six Walks in the Fictional Woods, 1994)
  • Incontro - Encounter - Rencontre (1996) (en italien, anglais et français)
  • Croire en quoi ? (1998) (In cosa crede chi non crede ?, 1996)
  • Cinq questions de morale (2000) (Cinque scritti morali, 1997)
  • Kant et l'ornithorynque (1999) (Kant e l'ornitorinco, 1997)
  • (en) Serendipities: Language and Lunacy, Mariner Books, 1999
  • De la littérature (2003) (Sulla letteratura, 2002)
  • La Licorne et le Dragon, les malentendus dans la recherche de l'universel (collectif, 2003), sous la direction de Yue Daiyun et Alain Le Pichon, avec les contributions d'Umberto Eco, Tang Yijie, Alain Rey. Éditions Charles Léopold Mayer.
  • Histoire de la beauté (2004) (Storia della bellezza, 2004)
  • À reculons, comme une écrevisse (A passo di gambero, 2006)
  • Dire presque la même chose, expériences de traduction (2007) (Dire quasi la stessa cosa, esperienze di traduzione, 2003)
  • Histoire de la laideur (2007) (Storia della bruttezza)
  • Histoire de la beauté (2008) (Storia della bellezza)
  • La quête d'une langue parfaite dans l'histoire de la culture européenne Leçon inaugurale au Collège de France (1992), CD audio, Ed. Le Livre qui parle, 2008.
  • Vertige de la liste (Vertigine della lista), Paris, Flammarion, 2009. Cet essai est le pendant d'une exposition et d'une séries de conférences orchestrés par U. Eco, invité du musée du Louvre en novembre 2009.
  • De l'arbre au labyrinthe (2011) (Dall'albero al labirinto)
  • Confessions d'un jeune romancier (2013)
  • Histoire des lieux de légende (2013)
  • Construire l’ennemi (2014)
  • Écrits sur la pensée au Moyen Âge (2015)

En collaboration

  • De consolatione picturae, entretien avec Gianfranco Baruchello, Milan, Galleria Schwarz, 1970
  • Jean-Claude Carrière et Umberto Eco, N’espérez pas vous débarrasser des livres, Grasset,‎ 2009 (ISBN 978-2246742715)

Œuvres pour la jeunesse

  • Les Trois Cosmonautes, avec Eugenio Carmi, Grasset, 1989
  • La Bombe du général, avec Eugenio Carmi, Grasset, 1989
  • Les Gnomes de Gnou, avec Eugenio Carmi, Grasset, 1993

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*